En tant que communauté de plaisanciers, nous partageons des histoires sur la navigation de plaisance qui ont été une occasion d’apprentissage influente. Ces histoires nous ont permis d’élargir nos connaissances ou notre amour de la navigation de plaisance. Quelle histoire avez-vous à partager avec la communauté FinPlaisancier?

family boating

J’ai appris de…

Bien qu’il n’y ait pas un moment précis qui se démarque lorsque quelqu’un apprend à conduire un bateau, plusieurs se souviennent de la personne qui leur a enseigné ou qui a eu le plus d’influence dans leur apprentissage de la navigation de plaisance. Et le plus souvent, cette personne est :

  • Mon ex beau-père. C’était un pêcheur et un plaisancier chevronné.
  • Mon père, un grand marin, aimait être sur l’eau et naviguer sur les différents lacs des Muskoka.
  • Papa
  • Ma famille – ils possédaient trois taxis nautiques, j’ai grandi autour de bateaux
woman canoeing

J’ai toujours ce canoë de 100 ans

J’ai appris de mon père dès mon plus jeune âge. À commencer par être allongé sur le fond de son canot entre deux bancs à partir de l’âge de 2 mois alors que maman et papa parcouraient de nombreux lacs, dont celui que j’apprécie encore aujourd’hui près de Parry Sound. Ensuite, j’ai appris à entrer et à sortir du canot. Si vous avez déjà été dans un canot, vous savez ce que veulent dire «bas et lentement» et «au milieu». Pagayer est venu ensuite. Le faire à partir du milieu de l’embarcation est un peu plus difficile car c’est la partie la plus large du canot. La portée pour pagayer est plus grande et il faut veiller à ne pas se pincer les doigts sur le plat-bord. Ensuite, on passe à la position assise, à l’arrière, plus élevée. Apprendre le coup en «J» était amusant, tout comme utiliser sa pagaie comme gouvernail. J’ai toujours ce canot qui a maintenant plus de 100 ans. Je ne suis pas « tout à fait » si vieux… Lolol ! J’aime toujours faire du canot.

 

Anna Small

boats on river

Une chaloupe sur la Tamise

Vivre dans un chalet sur la Tamise au Royaume-Uni dans les années 1950! Nous avions un bateau à rames, mais il y a une variété de bateaux comme des canots pneumatiques à de grands bateaux de croisière!

 

Valerie

whitewater canoeing

Un moyen facile de se mouiller

Ne partez jamais en canot avec des pagayeurs inexpérimentés en eaux vives. Vous allez vous mouiller!

 

Sandy

boy in boat

Connaître les eaux et porter un gilet de sauvetage

J’ai appris la navigation de plaisance quand j’étais enfant, et le souvenir que je garde de la conduite d’un bateau seul, c’est que personne ne m’a vraiment montré comment redescendre le hors-bord après avoir débarrassé l’hélice d’algues, ce qui a pris quelques minutes pour le comprendre. J’imagine qu’une personne peu versée en mécanique pourrait être bloquée pendant un certain temps, la plus grande préoccupation étant de se familiariser avec l’eau et de savoir où se trouvent les rochers et les hauts fonds, et de porter un gilet de sauvetage les jours froids, devoir porter des vêtements chauds quitte à être entraîné au fond après des minutes de lutte pour rester à flot.

 

Buck

boats on river

Travailler comme garçon sur les quais dans les années 1970

Mes journées d’assistant de quai dans les années 1970 et aussi quelques années plus tard à Chatham, Ontario.

Je suis fraîchement retraité et j’aimerais bien pouvoir m’offrir un petit bateau avec moteur pour aller à la pêche pour mes derniers jours sur la Planète.

 

Ernie

disrespectful boater

« D’être toujours un plaisancier courtois et respectueux »

Je navigue sur la voie navigable Trent-Severn depuis 60 ans. Et un conseil que j’ai retenu au fil de mes années de navigation est « d’être toujours un plaisancier courtois et respectueux ».

Et cela me fait toujours sourciller quand je vois des plaisanciers au comportement irrespectueux… comme celui que j’ai pu voir qui était attaché à une bouée verte d’un chenal très fréquenté pour que leur enfant puisse aller nager et qui, de surcroît, fustigeait d’autres plaisanciers qui essayaient de lui dire que ce n’était pas un endroit sûr pour s’arrêter et nager.

Leçon à apprendre :

  • Soyez toujours courtois et respectueux envers les autres plaisanciers.
  • Comprendre les règles de navigation, en particulier autour des voies navigables.

 

Hartley

boats on the water

J’ai appris de mon père

Bon nombre des conseils de navigation dont je me souviens et que je suis à ce jour viennent de mon père alors qu’il partageait ses connaissances en matière de navigation avec moi.

Parmi ceux-ci :

  • Soyez toujours prudent lorsque vous naviguez dans de nouveaux lacs.
  • Comment lire des eaux agitées.
  • Ayez toujours votre VFI sur vous lorsque vous traversez le lac à pleine vitesse. Parce que tout peut arriver en une seconde.

 

Bruno

Ils faisaient tout « mal »!

J’ai appris la navigation de plaisance de… Un garçon!

En fait, c’était un petit ami de ma mère quand j’avais environ 12 ans. C’était un «homme de plein air», qui aimait faire de la randonnée, du ski, du camping et du canot, ce qui a fait qu’on est devenu des adeptes de plein air, naturellement. Le canot c’était super, et je m’y suis mis presque immédiatement.

Je ne me souviens pas qu’on ait porté de gilets de sauvetage.

Je me souviens de deux adultes, de deux enfants, d’un chien et d’une cargaison de matériel (nous en avions probablement trop).
Je me souviens avoir pagayé sur un grand lac, avec de grosses vagues, du vent et de la pluie. Il y avait tellement de vent et de fortes pluies qu’on nous a dit à mon frère et moi de nous allonger sur le fond (cela rendait le canot moins instable) et nous étions recouverts d’une bâche (pour nous protéger de la pluie).

Peu de temps après cette sortie, je suis allé au camp d’été et j’ai appris à faire du canot avec des instructeurs qualifiés. Et j’ai peut-être appris alors que les adultes de ma vie avaient de bonnes intentions en nous emmenant faire du canot, mais ils le faisaient « mal » !

On m’a appris la sécurité, la technique et à toujours porter mon VFI. J’ai ramené ces enseignements à ma famille. Peut-être mes premiers élèves !
Finalement, je suis devenu instructrice et guide et j’ai enseigné à pagayer.
Et maintenant, je suis directrice générale de Pagaie Canada, notre organisation nationale de canotage récréatif, et directrice du Conseil canadien de la sécurité nautique, tout cela parce que quelqu’un m’a emmené un jour en bateau !

 

Michelle McShane

Vous n’apprendrez jamais tout ce qu’il y a à savoir sur la navigation de plaisance

Mon défunt père, un ancien de la Royal Australian Navy, Seconde Guerre Mondiale, et plaisancier de longue date, m’a dit un jour, alors que nous étions descendus du bateau de croisière familial pour un barbecue autour du feu de camp quand j’avais environ 12 ans, que pendant toute une vie de plaisancier vous n’apprendrez jamais tout ce qu’il y a à savoir sur la navigation de plaisance !

Je me souviens qu’il a dit que si quelqu’un raconte qu’il sait tout, alors il est temps d’abandonner la navigation de plaisance et d’essayer autre chose !

Chaque fois que nous sortons, que ce soit seul ou avec d’autres, nous allons inconsciemment apprendre quelque chose. Aucune journée sur l’eau ne se ressemble; différentes marées, brises, vents, vagues, houles, conditions météorologiques, bateaux environnants et personnes à bord avec vous. Nous pourrions continuer encore et encore avec toute une gamme de variables. C’est pourquoi nous n’arrêtons pas d’apprendre.

Des milles, et puis encore plus de miles sous la quille, voilà ce qui compte. Vous pouvez suivre tous les cours théoriques offerts à terre, mais il n’y a rien de tel que l’expérience réelle de la navigation de plaisance sur l’eau pour apprendre et peut-être confirmer ces connaissances apprises en classe.

Je me souviens d’avoir procédé à un changement de voiles lors d’une difficile course Sydney -Hobart il y a des années. Il soufflait à 40 nœuds et il était temps de descendre le numéro 4 et de le remplacer par le tourmentin. Je suis allé à l’avant, j’ai affalé la voile et je me suis allongé dessus. Le bateau a traversé la vague suivante, ramassé la voile sur laquelle j’étais et je suis passé par-dessus bord, heureusement toujours attaché à mon harnais mais un peu sonné et meurtri. Quand nous avons finalement repris la route, l’un des types à l’arrière (toujours facile de ce point de vue!) m’a dit que la même chose lui était arrivée. J’aurais aimé qu’il me le dise. Quelques années plus tard, dans une situation similaire, un équipier a fait la même chose et je lui ai rapidement dit de s’asseoir dos à la proue et de s’accrocher à la voile au lieu de s’allonger dessus.

Récemment, lors d’une installation de casiers à langoustines sur la côte est de Tasmanie, je me suis aventuré là où le traceur de cartes disait que ce serait ok, rien n’était marqué donc tout va bien, casier appâté et prêt à partir. « Elle aura raison mon homme », ai-je pensé ! Bang, un caillou pas marqué sur le traceur, et je l’avais ramassé ! Je savais que je ne devais pas compter sur le traceur, mais je n’ai rien fait, ne serait-ce que simplement jeter un œil par-dessus le côté du bateau. Le résultat, une hélice en inox bel et bien tordue et une nouvelle boîte d’engrenage sur mon moteur Suzuki 150 CV ! Donc, leçon apprise, ne vous fiez pas au traceur de cartes et regardez. Après avoir parlé à d’autres de mes malheurs, tous connaissaient « ce rocher » non marqué sur le traceur de cartes, et moi aussi maintenant.

Papa regardait sans doute de là-haut avec un «Je te l’avais dit ».

En navigation de plaisance, vous ne cesserez jamais d’apprendre. Chaque voyage est de la connaissance, chaque voyage est un peu plus d’expérience.

 

Peter Hopkins

« La mer » était dans notre sang.

En tant que Terre-Neuviens, mon père et moi étions convaincus que « la mer » était dans notre sang. Dans les années 1950, alors que j’étais une petite fille grandissant en Angleterre, mon père était heureux de céder à mes supplications de louer un bateau à rames et sortir sur un lac dans notre parc local. Le préposé a donc poussé le lourd canot de bois et nous sommes partis, mon père aux avirons, moi blottie joyeusement à l’arrière. Il n’y avait pas de gilets de sauvetage ou d’autres équipements de sécurité dans le bateau – la compagnie de location était plus soucieuse d’avoir un mégaphone assez puissant pour que les locataires puissent entendre « Entrez numéro 7, votre temps est écoulé ! »

Tout s’est bien passé jusqu’à ce que nous atteignions le milieu du lac et qu’on remarque que le bateau se remplissait lentement mais sûrement d’eau – il y avait un petit trou de drainage dans la coque et son bouchon manquait inexplicablement. Avec le calme qu’il avait développé sous le feu lors de son service avec le Royal Newfoundland Regiment de l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, mon père a immédiatement commencé à ramer de manière beaucoup plus déterminée vers le rivage, tout en continuant à bavarder avec moi (« Eh bien, c’est une aventure passionnante ! ») pour éviter que je panique.

Leçon apprise : l’un des principaux messages de sécurité nautique du CCSN : Soyez prêts – vous et votre embarcation.

 

Jean Murray